Skip links

Tout savoir sur les Exchange Traded Funds (ETF)

Exchange traded funds

Les ETF, qu’est-ce que c’est ?

Les Exchange Traded Funds, aussi appelées Trackers, sont des OPCVM (des structures qui permettent la gestion collective de fonds).

Ils sont cotés sur les marchés financiers d’Euronext, la place boursière européenne. Ils permettent donc d’investir en bourse.

En France, les ETF sont réglementés selon les règles d’Euronext, de l’Autorité des Marchés Financiers et des directives européennes.

Les ETF sont classés en fonction des territoires géographiques (à la fois pays et régions), de la taille, du style, de la stratégie, des secteurs d’activités. Sur toutes les catégories existantes d’ETF, il existe des différences de valeurs importantes.

L’intérêt des Exchange Traded Funds est de répliquer la performance d’un indice : indices sectoriels, indices connus comme le CAC40 ou Nasdaq ou moins connus, indices par pays…

Les ETF permettent de percevoir des dividendes (c’est-à-dire le revenu versé par l’entreprise à ses actionnaires une ou plusieurs fois par an) et des intérêts (la hausse de la valorisation de l’entreprise).

Les avantages et inconvénients des ETF

  • Des frais moins élevés. Généralement, les frais sont moins importants que sur les fonds plus traditionnels.
  • Transparence. Selon les indices sous-jacents, vous pouvez choisir les ETF les plus adaptés à vos projets d’investissement. Tous les composants sont accessibles sur le site d’Euronext. 
  • Liquidité. L’achat et la revente des ETF se font rapidement et sans grande difficulté. Cela permet d’assurer la liquidité des produits à tous les investisseurs. 
  • Diversification. Etant donné le large panel d’Exchange Traded Funds, il est tout à fait possible d’investir sur tout un marché et de diversifier ses investissements. Une autre option est de se spécialiser, comme sur les matières premières, les marchés européens, etc. 
  • Facilité d’utilisation. Les ETF s’échangent tout au long de la journée, on peut les acheter et les vendre en temps réel. Ils se négocient de façon individuelle.
  • Volatilité des ETF est élevée. Certains des fonds indiciels fonctionnent selon le principe boursier qui permet de grandes variations (pour doubler, tripler, etc. les investissements). Ces produits spécifiques très volatiles sont destinés à des investissements à long terme sur des produits comme des OPCVM actions soit à court terme si l’investisseur estime qu’un potentiel de gains à court terme est possible. 
  • Le fonctionnement des ETF est complexe. Parmi les deux formes d’ETF, les ETF synthétiques ne sont pas composés des actions de l’indice qu’il suite mais de performances proches. Il est souvent conseillé de se faire accompagner sur ce type d’opérations afin de saisir toutes les subtilités et ne pas y perdre trop gros.

Quelle fiscalité pour les Exchange Traded Funds ?

Si les ETF sont détenus dans un PEA (Plan d’épargne en actions), les revenus générés peuvent être exonérés d’impôt sur le revenu, sous certaines conditions. Les prélèvements sociaux sur les revenus et les plus-values sont seulement dus dans le cas de retrait total ou partiel. 

Dans le cas où les ETF sont détenus dans un compte-titres, les revenus sont soumis à la flat tax, soit au barème progressif de l’impôt sur le revenu Dès le 1er janvier 2018, la flat tax au taux global de 30 % sera applicable aux dividendes perçus par les personnes physiques.

Il est cependant possible d’opter pour l’application du barème progressif de l’impôt sur le revenu, ce qui conduira à : 

  • La fiscalisation des dividendes aux prélèvements sociaux au taux de 17,2 %.
  • L’imposition des dividendes au barème de l’impôt sur le revenu (après application d’un abattement forfaitaire de 40 %).

En 2018, l’épargnant qui réalise des plus-values mobilières aura le choix entre être assujetti :

  • à la flat tax ou prélèvement forfaitaire unique à 30 %
  • aux prélèvements sociaux et au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Ceux qui optent pour cette option s’acquitteront donc de 17,2 % de prélèvements sociaux et de l’impôt sur le revenu calculé à partir de leur taux marginal d’imposition (TMI). Ils pourront bénéficier de la déductibilité de la contribution sociale généralisée (CSG) et, sous conditions, de l’abattement pour durée de détention.

Les contribuables pouvant bénéficier de l’abattement pour durée de détention auront dans certains cas intérêt à privilégier l’imposition des plus-values au barème progressif de l’impôt sur le revenu plutôt que par la flat tax.

En effet, la flat tax ne sera généralement pas intéressante pour les contribuables qui disposent d’un abattement important. Cela concerne par exemple :

  • l’abattement renforcé de 85 % pour lorsque les titres ont été détenus 8 ans et plus.
  • les contribuables qui disposent d’un abattement de 50 % et qui ont un taux marginal d’imposition de 14 % ou moins. L’abattement de 50 % concerne : le régime de droit commun lorsque les titres sont détenus entre 4 et 8 ans ; et l’abattement renforcé lorsque les titres sont détenus entre 1 et 4 ans.